Ou la création d'un territoire de danse

Dim 7 juillet 16h

JINX 103/József Trefeli & Gábor Varga © Gregory Batardon

Festival

Cie József Trefeli

JINX 103

Cours d'école

József Trefeli & Gábor Varga

Dim • 16h • 5€ • 30 min

La danse et ses différents genres, est une seconde nature pour József Trefeli En duo avec Gábor Varga, ces deux danseurs d’exception renouent avec leur origine commune, la Hongrie, pour revisiter au temps présent les danses traditionnelles hongroises, proche des anciens branles.

Parfois, on vient de loin pour se trouver un sol commun. C’est le cas de József Trefeli et Gábor Varga. Le premier est né en Australie et des expériences d’interprète qui l’ont mené sur différents fronts et styles en matière de spectacles dansés, il a choisi, de se consacrer à la danse contemporaine. En rencontrant Gábor Varga, talentueux danseur né en ex-URSS, comme lui issu de la diaspora hongroise, il l’invite à créer en duo JINX 103.

Affranchie de ses attributs folkloriques et présentée au plus proche du public, dans un espace urbain, avec des rubans de chantier qui délimitent l’espace, les deux danseurs explorent les rythmes et rituels originels en les confrontant au contexte actuel. Ces frictions inédites sont aussi un travail de mémoire et d’identité où le corps se fait instrument sonore. De ces percussions corporelles, frappes de pied, de mains et sur le corps, claquements de doigts, surgissent des rythmes complexes dansés avec une dextérité fascinante. De la virtuosité en toute simplicité.

Un duo dynamique entre deux danseurs très accomplis qui mélange rythmes et rituels avec la danse contemporaine et les percussions corporelles pour créer une harmonie de danse et de musique. Tous deux maîtrisent un vocabulaire dansé, composé de percussions corporelles aux rythmes complexes avec pieds légers et rapides comme l’éclair, torsions, grands sauts, et entrelacements de jambes qui dessinent l’espace.

Sur le titre: lorsque par hasard, deux personnes disent la même chose au même moment, il existe un mot qu’il faut énoncer afin de se protéger du mauvais sort : en français, les enfants disent CHIPS, en anglais on dit JINX et en hongrois on dit 103. JINX 103 cristallise donc cette synthèse expressive.
József Trefeli et Gábor Varga ont fêté leur 100ème représentation de JINX 103 en 2014. La Cie József Trefeli voudrait remercier les programmateurs et les spectateurs des plus de 60 lieux où JINX 103 a été dansé pour leur enthousiasme et leur accueil chaleureux.

Cie József Trefeli