Imprimer

Sam 4 juillet > Soirée spectacle

Samedi 4 juillet – Domaine de Rochemure / Maison du Parc à Jaujac
 
Ouverture du site dès 15h
Radio à lunettes en plein air par la critique Caroline Châtelet • Bain sonore •
Librairie spécialisée, revues et micro-édition • Espace vidéo-danse • Espace massage avec Essen'ciel sport • Bar et restauration • Mise en lumières du site dès la nuit tombée • Live-dance de clôture par l'agiTateur W.
 
 
Rivage  DR16h > « Le Rivage » de Jérôme Andrieu, Oriane Déchery et Betty Tchomanga
suivi à 17h30 d'une rencontre éclairée par Caroline Châtelet – en présence des artistes
 
Cratère du volcan La coupe de Jaujac
 
Durée de performance : 40 min - Durée totale marche comprise : 1h20
 
Le Rivage est l’endroit où dialoguent la chorégraphie et les arts plastiques, se chevauchent différentes époques et histoires, s’hybrident l’organique et le minéral.
«  Est-ce que tu dirais qu’un bâtiment en ruine, c’est le lieu où se recouvrent le passé et le présent… le réel et l’imaginaire ?
- Peut-être que c’est pas seulement un vestige inerte mais aussi une entité vivante qui se transforme dans le temps.
- […] et si on considérait que la ruine est un rivage ? »
 
Production : Lola Gatt
Coproductions : Association Éclats, Format.
Avec le soutien de la ménagerie de verre dans le cadre des studiolabs.
 
 
werle19h > Performance d'ouverture par l'AgiTateur W. et ses complices
 
Devant le grand champs des vaches
 
Durée : 20 minutes
Et c'est tout ce qu'on sait, encore que...
 
A la fois gratte poil et gratte ciel, danseur, chorégraphe, écrivain, vidéaste, Dj, mais aussi coordinateur et directeur artistique d’évènements, Frédéric Werlé est un artiste inclassable et hors norme. Qu'il vous le susurre ou vous l'hurle :
« Bougez le popotin, sortez de votre tribu, tuez le conformisme, éteignez la télévision, allumez les regards. Ne jetez pas le danseur avec l’eau du bain, il y a encore beaucoup à faire ».
 
 
 
 
Cain  Aurelie Beauprel19h30 > « Cain » (extrait) de Sébastien Perrault
 
Cour du château
 
Durée : 30 minutes
Chorégraphie et interprétation : Sébastien Perrault
Musiques : Giovanni Battista Pergolesi, Lisa Gerrard, Pan Sonic, Antonio  Caldara,  Trent  Reznor
 

"L'œil était dans la tombe et regardait Caïn"
Victor Hugo
***


Inspirée du mythe d'Abel et Caïn, et à l'image de cette phrase de Victor Hugo, cette création ne s'attarde pas sur l'acte fratricide originel mais tente plutôt de mettre en perspective le sentiment qui en découle...
Temps suspendu. D'abord le déni... Puis l'incompréhension où le corps est rongé par les remords. Submergé par des sensations inexplicables, semant le trouble et l'angoisse, l'être est démuni; jusqu'au doute même d'avoir commis l'irréparable.
Lieu de perdition où l'un n'existe plus, où l'autre se retrouve seul face à lui même; le voilà confronté et soumis au regard oppressant de sa propre conscience.
Reclus dans une introspection suffocante, claustré dans l'étreinte d'une aliénation sans fin... isolé... que lui reste t-il ?

Vacillant entre réminiscence et volonté d'oubli, Caïn est au cœur même d'une rédemption impossible; car non seulement le deuil est illusoire, mais sa culpabilité, elle, est éternelle...
 
Crédit photo : Aurélie Beauprel
 
Production  : Cie  Sébastien  Perrault  /  Association  GCC
Partenaires  : Festival  Temps  d'Aimer - Biarritz, avec  le  soutien  du Jardin  de  Verre (Cholet),  Théâtre  Toursky (Marseille), Théâtre  de  l'Equinoxe,  le  CRD  du  Choletais  et  a  bénéficié  de  la  mise  à  disposition de  studio  au  CND  à  Pantin.
 
 
 
 
PLays  Gilles Aguilar20h – « P'Lay's » du Collectif ÈS
 
Cour du château
 
Durée : 25 minutes
Distribution : Création Collectif ÈS
Interpretes : Sidonie Duret, Klara Morhain, Jeremy Martinez et Emilie Szikora
 
Le “Jeu de Société” se joue à plusieurs. Vous connaissez tous les règles pourtant elles sont vite oubliées. Au fil de la partie les enjeux personnels se dévoilent, chacun voudrait arbitrer et devenir le maitre du jeu. Les comportements changent, tous les coups sont permis, on bluffe, on manipule, on dirige, on se la joue : on sort le Grand Jeu.
Et vous, ne mangeriez-vous qu'un paquet de chips ?
 
Photo Gilles Aguilar
 
Production : Collectif ÈS
Soutiens : CND de Lyon Rhône-Alpes, Scène 7 - Le Croiseur Lyon, Ville de Lyon
 
 
 
 
 
 
20h30 – Grande tablée
Artistes, organisateurs et spectateurs... une invitation à se retrouver à la même tablée autour des saveurs concoctées par le chef Christian Gérard et les apprentis de la cuisine d’application du Home Vivarois - Menu unique 10€
 
 
Le jour de la bete  Aina Alegre22h – « Le Jour de la bête » (premier rendez-vous) d'Aina Alegre
 
Cour du château
 
Durée : 20 minutes
Chorégraphie et interprétation : Aina Alegre
 
« Le jour de la bête est le nom de ma prochaine création. Dans le cadre du Festival Format 2015 je vous propose une performance spontanée, un collage façonné à partir de matières et objets à mettre en dialogue ou en conflit, afin de voir ce qu’ils nous suggèrent. »
 
Interprète à la puissance rare, à la force de vie furie, la catalane Aina Alegre collabore avec David Wampach, Enora Rivière, Fabrice Lambert ou encore Vincent Macaigne, Sans se départir d'un certain humour, elle pense le travail chorégraphique comme un espace de friction pour réinventer le corps.
 
 
 
blancericvillemain22h30 – « Blanc » de Vania Vaneau
Prix de la fondation Beaumarchais - SACD
 
Cour du château
 
Durée : 38 min
Conception et interprétation Vania Vaneau
Assistant Jordi Galí
Réalisation sonore et musique live Simon Dijoud
Conseil chorégraphique Anna Massoni
Lumières Johann Maheut
 
Blanc part d’une investigation sur le rituel, la transe et la transformation. Cherchant à délier les différentes couches qui composent le corps et l’individu et en les déployant comme un paysage.
Photo Eric Villemain
 
En revenant à certains aspects de la culture brésilienne de laquelle je viens, trois éléments ont nourri la recherche: les rituels de transe chamaniques et afro-brésiliens, le travail de l’artiste tropicaliste Hélio Oiticica et le mouvement artistico-intellectuel des années 1920 dit 'anthropophagique'. Je pars de l’idée du corps comme un filtre, traversé par des flux, des multitudes de vagues de vies, d’histoires et de cultures.”
 
Production et Diffusion cie. Arrangement Provisoire - Avec le soutien de Ramdam – Lieu de Ressources Artistiques (Lyon), Le Pacifique / CDC Grenoble, CCN Rillieux-la-Pape, direction Yuval Pick, L’Animal a l’Esquena (Girona, Espagne), Avec la complicité des Subsistances, 2012 – 2013